Les mobilités professionnelles

Les actions innovantes au service des mobilités professionnelles

Ratp : un forum métiers dynamise la mobilité

La Ratp organise depuis 2 ans un forum "métiers" afin de faire découvrir la multiplicité des métiers du groupe et de favoriser la mobilité professionnelle de ses salariés. La mise en place de ce forum est née de la signature en 2008 de 2 accords sur l’évolution des carrières des opérateurs et des cadres. Organisé autour de 6 familles de métiers (relation de service, transport, maintenance, développement en France et à l’international…), le village "emploi" réunit aussi bien des agents que des responsables des ressources humaines venus témoigner de leur quotidien et des dispositifs de mobilité. L’ambition de l’opération est de faire découvrir aux agents, les 234 métiers existant dans le groupe, en particulier les 80 "métiers d’appel" où les mobilités internes sont privilégiées (machiniste-receveur, téléconseiller, responsable de transport, régulateur…)
Source : Entreprise & Carrières n° 986 du 26 janvier au 01 février 2010

Ge Energy : un forum interactif in situ
Alors qu’il lançait un plan de recrutement de 200 ingénieurs et cadres débutants pour son siège européen à Belfort, le groupe GE Energy a invité des candidats pré-sélectionnés à découvrir le site afin de prouver grandeur nature la qualité de ses emplois. Les futurs salariés potentiels ont ainsi été conviés à une visite du site belfortain et à diverses rencontres avec une cinquantaine de salariés déjà en poste baptisées "Speed discovery". Ils ont pu par ailleurs s’informer sur "ce qui concourt à un cadre de travail agréable" : la crèche d’entreprise, les services de conciergeries ou encore l’accord télétravail du groupe. Le message semble être bien passé puisque 20 des 22 salariés à qui GE Energy avait fait une offre travaillent aujourd’hui à Belfort.
Source : Entreprise & Carrières n° 955 du 19 au 25 mai 2009

DCNS : 0,5% de la masse salariale pour "booster" la mobilité géographique
Implanté sur l’ensemble du littoral français, le groupe public de construction navale militaire DCNS a mis en place une politique volontariste visant à développer la mobilité interne. Il s’est doté d’un fonds spécial visant à compenser les différences d’attractivité entre ses sites. Un accord d’entreprise signé en 2004 prévoit une panoplie de mesures à destination des salariés en transit entre 2 sites : congés de mobilité de cinq jours avec prise en charge des frais de transport de l’intéressé et de sa famille pour la recherche d’un logement, remboursement du déménagement, prime d’installation de 10 000 €, indemnité compensatrice de loyer…
Source : Entreprise & Carrières n° 955 du 19 au 25 mai 2009

La création du pôle de mobilité régional Isère : 200 salariés grenoblois accompagnés dans leur mobilité
Le projet est né du constat identique de 4 entreprises implantées dans la région de Grenoble : les salariés porteurs de projets de mobilité interne ou externe, apparaissent en manque d’accompagnement pour travailler, anticiper et sécuriser leur évolution professionnelle. Ces entreprises décident alors de créer le Pôle de mobilité régional (PMR) Isère afin de mutualiser leurs moyens, de fertiliser et de fluidifier le bassin d’emploi, tout en conservant une Gpec propre à chacun des adhérents. Le PMR est une structure associative loi 1901 de quatre consultants. Il est ouvert aux 10 000 salariés des quatre entreprises, pour y mûrir en toute confidentialité, un projet de création d’activité, de reconversion ou d’évolution en interne. Pour être adhérente, l’entreprise doit négocier au préalable un plan de Gpec, et en cas de plan social, le PMR cesse de fonctionner. Fin mars 2009, les consultants ont accompagné 200 personnes et en suivent une centaine d’autres. 54 % des projets relèvent de la création d'entreprise, 16 % ont abouti à une reconversion interne, 20 % à une reconversion externe, 9 % des bénéficiaires ont trouvé un emploi dans leur métier d'origine.
Source : Entreprise & Carrières n° 950 du 14 au 20 avril 2009

La SNCF aide les cheminots à changer de voie
Le dispositif Espaces mobilité emploi (EME) de la SNCF a été créé en place début 2009. Il vise à mettre en adéquation les besoins de l’entreprise avec les ressources internes disponibles en privilégiant les solutions locales. Le dispositif comprend 23 entités, réparties sur le territoire, qui travaillent en collaboration avec les responsables de branches. La mission des responsables est double : mener la Gpec au niveau territorial et mettre les agents dans les conditions d’employabilité ad hoc, avec l’appui d’une personne chargée de la formation et des conseillers mobilité qui accompagnent les intéressés dans la réalisation de leur projet professionnel. Selon la SNCF, 400 à 500 agents issus de réorganisations sont actuellement suivis par un EME.
Source : Entreprise & Carrières n° 1005 du 08 au 14 juin 2010

Anticiper l’évolution des métiers : une expérience au sein de Thales
Une entité du groupe Thales, Thales Air Systems, spécialisée dans l’électronique professionnelle civile et militaire, a signé en 2006 avec les organisations syndicales un accord de Gestion active de l’emploi (GAE) afin de favoriser les mobilités internes et externes au groupe. L’accord GAE, qui prit fin en 2008, s’adressait en priorité aux salariés pouvant être concernés à terme par des réductions d’emplois. La GAE visait à les aider à construire un projet de mobilité à l’intérieur ou hors du groupe Thales. Sa mise en oeuvre impliquait notamment une analyse des métiers et une anticipation de leurs évolutions, via une commission appelée "commission d’évolution des métiers". Réunissant des représentants de la direction et des représentants syndicaux, elle avait vocation à évaluer l’ampleur des changements à venir dans les activités de l’entreprise, à identifier les métiers menacés, modifiés ou en émergence, à formuler des préconisations pour adapter les compétences. Dans cette perspective, diverses fiches-métiers (monteur-câbleur, technicien-méthodes…) ont été élaborées pour aménager des mobilités et sécuriser ainsi des parcours professionnels.
Source : Bref Céreq n° 282Céreq, février 2011

Un dispositif pour aider les intérimaires de l’automobile à changer de voie
Lancé en avril 2009, le programme Pole position renforce l’accompagnement des salariés temporaires de la filière automobile du Nord-Pas-de-Calais vers de nouveaux emplois. Ce dispositif associe 5 agences d’emploi temporaire, Pôle emploi et l’Afpa sous l’égide de la DIRRECTE. Il est calqué sur le Ctp avec un accompagnement individualisé sur douze mois, comprenant un bilan de compétences, la construction d’un projet professionnel et l’aide à la recherche d’emploi, à la reprise ou à la création d’entreprise. La différence avec le Ctp réside dans le fait que les adhérents à Pole position conservent leur indemnisation et leur statut de demandeur d’emploi. L’originalité et la pertinence du dispositif est de mutualiser les expériences des différents partenaires qui, d’habitude, se retrouvent en concurrence, notamment pour les agences d’intérim.
Source : Entreprise & Carrières n° 1004, du 1er au 07 juin 2010